Tout simplement génial !

0

N’y a-t-il donc pas plus d’amateurs de blues à Golbey ? 150 fans au centre culturel. Une misère… Jean-Paul Houvion, responsable Lorraine des Jeunesses Musicales de France le reconnaissait lui-même : « Ce concert aurait mérité 500 personnes ! »

Un sextet d'exception sur la scène du centre culturel !

Un sextet d’exception sur la scène du centre culturel !

D’accord avec lui. Quand on a la chance d’accueillir un musicien de la classe (internationale) de Jean-

Le public n'a pas boudé son plaisir ; les absents ont eu tort.

Le public n’a pas boudé son plaisir ; les absents ont eu tort.

Jacques Milteau, on doit pouvoir remplir une salle. Las, ce ne fut pas le cas avec la venue de celui qui est considéré (à juste titre) comme le « pape » de l’harmonica, le « Paganini du diatonique ».
Avec son seul petit instrument, cet autodidacte de 66 ans (qui a décroché une Victoire de la Musique en 2011) a parcouru la planète entière. Il a joué avec les plus grands de la chanson française (Eddy Mitchell, Yves Montand, Goldman, Barbara, Aznavour, Renaud, Le Forestier…) et ceux qui connaissent Jean-Jacques Goldman par cœur, ont en mémoire son titre « Elle a fait un bébé toute seule ». Eh bien, le passage

à l’harmonica : c’est Jean-Jacques Milteau.

Jean-Jacques Milteau : le meilleur harmoniciste du monde...

Jean-Jacques Milteau : le meilleur harmoniciste du monde…

A Golbey, ce virtuose du « ruine babines » nous a offert un concert d’exception (tiré de son album

Marie-Thérèse Fiocchi, présidente des JMF Golbey.

Marie-Thérèse Fiocchi, présidente des JMF Golbey.

« Considérations ») avec son sextet d’exception ; des musiciens et chanteurs d’un très haut niveau qui ont enthousiasmé les privilégiés du centre culturel : Manu Galvin (guitares), Michaël Robinson et Ron Smyth (chant), Gilles Michel (basse) et Eric Lafont (batterie).
Lors de la sortie de « Considérations », Jean-Jacques Milteau expliquait : « La musique noire a été la plus grande claque culturelle des cent dernières années : non seulement une nouvelle lecture des

timbres, des rythmes et des harmonies mais plus largement une nouvelle manière de considérer l’expression et la relation à l’autre. Toute relation constructive est fondée sur la considération. Ce que réclamaient, en d’autres termes Otis (Redding) et surtout Aretha (Franklin) : R.E.S.P.E.C.T… C’est généralement ce qui manque le plus dans une société qui ne va pas bien ».
Ce respect, Jean-Jacques l’a pour son public ; il l’a encore prouvé samedi dernier avec ce concert qui restera comme un plus géniaux jamais donné au centre culturel.
Un grand merci donc aux JMF Golbey et à sa présidente Marie-Thérèse Fiocchi, une amoureuse de LA musique et qui sait transmettre sa foi.

 

Partager

Au sujet de l'auteur

Les commentaires sont fermés