Papier en fête : une grande réussite golbéenne !

0

Le message sur papier le plus ancien daté de l’an 8 avant Jésus Christ. Le papier… Invention millénaire qui remonte à l’Antiquité, a traversé les âges, depuis le papyrus et le

Après les discours des élus, c’est l’orchestre d’harmonie qui a lancé cette première fête du papier.

Roger Alémani, Jasmine Périni et les élus golbéens ont apprécié le stand de Festi’Vol.

parchemin, ses ancêtres. L’évolution des moyens de communication, l’arrivée de l’informatique, des ordinateurs, des mails et autres SMS, n’ont pas eu raison de ce matériau qui nous permet d’écrire, de dessiner, d’imprimer, d’emballer, de peindre mais aussi de… boire notre café puisque les filtres sont en papier.
Il méritait donc d’être mis à l’honneur et si, dans notre région, rien n’existait, la municipalité de Golbey a comblé ce vide en organisant, dimanche dernier, la première fête du papier. Il faut dire que dans les Vosges, huitième département forestier de France, l’industrie papetière est bien présente. Surtout à Golbey, avec les Norvégiens de Norske Skog (représentée, dimanche, par Madame Dominique Bomont, chargée de communication), une des entreprises les plus puissantes au monde.
Quand la municipalité décida de mettre le papier sur le devant de la scène, Norske Skog fut aussitôt partante. Jasmine Périni, adjointe aux fêtes et cérémonies et son équipe prirent alors les choses en mains et s’assurèrent le partenariat de Norske Skog, le soutien de VosgesFM et la participation active de l’Ecole Supérieure d’Art de Lorraine d’Épinal (ESAL), l’association environnementale de Deyvillers « Des arbres pour la vie » (qui, depuis 2010, a permis la protection de plus de… 150 000 arbres à Madagascar, au Mali, Burkina, Sénégal, Brésil, en Inde, Palestine, Bolivie et en France),  le centre social Louise-Michel, Golbey Animation, la société des fêtes (qui assura la restauration), le Sicovad (important, le tri) et plusieurs artistes passés maîtres dans l’art d’utiliser le papier (cerfs-volants, origami, pliage de serviettes, avions, cocottes, tableaux, etc.).

Denise Beaudoin, reine du pliage de serviettes.

Le stand de Norske Skog où l’on apprit comment se fabrique le papier.

Tour était donc réuni pour que cette première édition soit une réussite. Restait à prier pour que la météo soit de la partie et que le public réponde présent.
Pari gagné ! La rue Jean-Bossu et le centre culturel ne désemplirent pas de la journée. Une journée débutée par le mot de bienvenue du maire Roger Alémani qui rappelait la volonté de son équipe de mettre sur pied un tel événement (« une promesse de notre mandat. Nous nous y étions engagés dès 2014 et cette fête nous tenait particulièrement à cœur. Nous désirions mettre Golbey en avant le temps d’une journée et que cette fête doit connue et reconnue ») puis de Jasmine Périni qui remercia les différents participants « exposants, commission fêtes et cérémonies, personnel de la ville à cette première journée qui est loin d’être la dernière et qui deviendra un rendez-vous incontournable du dernier week-end d’avril » et ne manqua de mettre en avant le gros travail d’Élodie Cherpitel, chargée de communication à la mairie, laquelle n’hésita pas, avec l’accord du premier magistrat bien sûr, à « arroser » le département pour annoncer cette première fête du

Le « Blue Dixie Band » a animé la journée.

papier.
Durant toute la journée donc, après un petit concert de l’orchestre d’harmonie de Golbey dirigé par Arnaud George, le public déambula entre les différents stands. Découvrant, entre autres, les superbes réalisations de la Stivalienne Félicia Vogelweith (origami sur papier de Clairefontaine ®), de Delphine Aubry (et ses « bestioles »), les « poupées » cartonnées d’après photo du Meurthe-et-Mosellan de Saint-Max Laurent Filliol (CQFD Events), les pliages de serviettes de Denise Beaudoin, les superbes travaux des enfants du centre social Louise-Michel (notamment les

Comment confectionner des fleurs en papier crépon.

« chevaux dans la prairie »), sous la houlette de sa directrice Françoise Claudel, les brins de muguet et autres ouvrages de Golbey Animation présidé par Martine Chrisment, les créations et cocottes en papier à foison de l’ESAL, les avions d’Isabelle Seichepine, directrice de Golbey Animation, qui avait confié le stand à son fils Axel passé maître dans l’art du pliage et qui réalisa, notamment, « Mach 3 », l’avion qui détient le record du monde de vol avec plus de 24 secondes. Et au fil des stands, les enfants purent participer à des ateliers de pliage ou découpage ; des activités qu’ils apprécièrent au plus

Les superbes chevaux des enfants de Louise-Michel.

haut point.

Magie dans le ciel golbéen !

Il y en avait donc pour tous les goûts, lors de ce dimanche rythmé par les airs de jazz « New Orleans » de l’orchestre forgeron « Blue Dixie Band ». Mais le clou de la journée, après l’envol des avions en papier, fut incontestablement le stand des cerfs-volants. Venus de Selongey, en Côte-d’Or, les trois compères de l’association « Festi’Vol », Damien Burillard, Jean-Baptiste Girod (vice-champion du monde de combat de cerfs-volants en 2009) et Lucien Trécourt ont fait un tabac auprès des jeunes et des adultes lors de l’atelier de création et auprès du public quand sonna l’heure des démonstrations. Le ciel golbéen s’anima et de majestueuses formes multicolores. Geisha, princesses, voiliers tigres et papillon, formes plus traditionnelles mais tout aussi imposantes emplirent l’éther au-dessus de la rue Jean-Bossu, terrain de jeu de ces passionnés qui nous ont offert un époustouflant spectacle !
La journée se termina par un défilé de mode du centre Louise-Michel, avec des réalisations en papier, bien sûr.
Dimanche totalement positif donc et l’on ne peut que féliciter la municipalité et tous les acteurs de cette première fête du papier qui ne pourra qu’être pérenne !
GV

Au fil des stands…

L’origami, incontournable.

Les avions en papier d’Isabelle et Axel Seichepine.

Les élus découvrent la « confiture de mots » de Louise-Michel.

On pose pour une photo, au stand CQFD Events.

 

 

 

 

 

 

 

 

L’atelier de création de cerfs-volants a attiré petits et grands.

Divers ateliers étaient proposés.

Et l’on termina la journée par un défilé de mode. Papier bien sûr.

La multitude de cocottes réalisées par l’ESAL.

 

 

 

 

 

 

 

 

Les oeuvre de Félicia Vogelweith, en papier de Clairefontaine.

Une oeuvre mise sous cloche…

Superbes têtes d’animaux.

Les cocottes ont la cote…

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Objets volants identifiés (photos Christian Aulen)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager

Au sujet de l'auteur

Les commentaires sont fermés