La villa du colonel prise d’assaut

0

Ils étaient au rendez-vous. Les futurs locataires de l’ex-villa du colonel avaient répondu à l’invitation du maire de Golbey, Roger Alémani, pour une

Roger Alémani a accueilli les nouveaux locataires, salle du conseil.

petite cérémonie de remise des clés en mairie, salle du conseil.
Une semaine avant, le premier magistrat du chef-lieu de canton avait réuni les élus golbéens pour une visite des lieux et chacun put apprécier la qualité du travail accompli par les différents corps de métier, mandatés par le Cabinet Bouillon-Bouthier et la qualité des logements qui allaient être mis à la disposition des personnes appelées à occuper cette « villa » transformée, de par la volonté de la municipalité, en résidence pour personnes âgées non dépendantes. Une opération qui, de l’aveu de Roger Alémani, « a nécessité un gros investissement qui représente tout de même plus d’un million d’euros, car la bâtisse de la fin du XIXe siècle avait besoin d’un sérieux rafraîchissement ». (voir les chiffres ci-dessous).

La villa du colonel est devenue résidence pour personnes âgées non dépendantes.

Avec, à ses côtés, son premier adjoint Pascal Larrière, président de la SAEM, Gilles Varin, adjoint à la communication, Christian Aulen, conseiller municipal membre de la commission communication et Elodie Cherpitel, chargée de communication à la Ville, Roger Alémani confia  sa joie d’accueillir « ces résidents, certains de Golbey et d’autres de l’extérieur ». Il présentait ensuite le bâtiment « auquel il ne reste plus qu’à trouver un nom » qui, « idéalement placé dans ce quartier en plein développement, est à proximité des principaux commerces et a tout ce qu’il faut pour que vous vous sentiez bien ».
Le maire précisait toutefois qu’il y a des finitions à venir, « notamment en extérieur car les intempéries n’ont pas permis de travailler. Il faut encore poser les terrasses, engazonner, arborer, poser la clôture et réaliser les places de parking, valides et handicapés. Il y aura peut-être aussi une tonnelle dans le

Les élus ont pu apprécier la qualité des travaux réalisés (photos CA et GV).

jardin pour que vous puissiez vous retrouver ».

Des résidents enchantés

Enchantés, les récipiendaires l’étaient, bien sûr. D’être dans des appartements flambant neufs, un bâtiment de classe mais aussi dans une ville, de leur propre aveu, « nickel, propre ».
Des 11 appartements réalisés, huit sont attribués ; 3 en passe de l’être. Et chacun possède une cave. Allant du T1bis au T2, les logements, accessibles, bien sûr, aux personnes à mobilité réduite, possèdent le maximum de confort, avec volets électriques, kitchenette intégrée, salle d’eau avec douche à l’italienne. Et la municipalité a tenu à garder une petite touche du passé en n’éliminant pas les cheminées qui ont été conservées dans chaque appartement.

Pascal Larrière a remis les clés et les documents aux locataires.

Poursuivant « l’état des lieux », Roger Alémani informait son auditoire que la villa, outre l’ascenseur, comprenait également une salle de convivialité « où vous pourrez, si vous le désirez, prendre un repas en commun mais aussi vous retrouver pour, par exemple, jouer aux cartes » et « un bureau pour les permanences des professions spécifiques ». Au sujet des repas, le maire annonçait qu’il y aura « possibilité, pour celles et ceux qui le désirent, de se faire livrer les repas par la Cuisine centrale ».
Certains locataires emménageront dès cette semaine et tous, une fois installés, recevront la visite d’un représentant de l’entreprise Gérard qui leur expliquera le fonctionnement du chauffage.
Renouvelant ses vœux de bienvenue, Roger Alémani cédait alors la place à Pascal Larrière qui se chargea de remettre les clés aux résidents qui, des mains d’Elodie Cherpitel, reçurent le bulletin annuel 2018, tout

Jeanne Poet et Antoine Taddéï viennent d’Embrun, dans les Hautes-Alpes.

frais sorti des presses.

Les locataires : Antoine Taddéï, mordu de pétanque et Jeanne Poet (qui viennent tous deux d’Embrun, dans les Hautes-Alpes), Geneviève Berthod, Pierre Mairesse, Luc Nicolle, Monique Sylvestre avec Claude Vagney, Suzanne et François Gérard (tous de Golbey), Bernadette Gavazzi (Epinal), Hubert Gustin (Epinal).

Clin d’oeil intergénérationnel depuis la fenêtre d’un des appartements…

La villa en quelques chiffres…

1 075 250,93 € : le montant total des travaux.
426 325,50 € : aide de la CARSaT (Caisse d’Assurance Retraite de la Santé et du Travail.
67 500 € : subvention du ministère de la Transition écologique et solidaire, au titre du TEPCV (Territoires à Énergie Positive pour la Croissance Verte).
600 000 € : coût des trois parcelles achetées par la Ville.

Les accès intérieurs ont été également soignés.

11 044 m: la surface totale du terrain.
4 625 m2 : surface rétrocédée à la Communauté d’Agglomération d’Épinal (CAE) pour la crèche « Premiers Pas ».
2 545 m2 :
surface rétrocédée pour la construction d’un immeuble de cellules commerciales et de logements (SCCV « Les Jalousies »).
501 m2 : surface rétrocédée à la pharmacie Cornelise.
316 874 € : le montant total des rétrocessions.
400 à 450 € : le prix du loyer.
11 : le nombre des appartements (chacun possédant une cave).
600 m2 : la surface habitable initiale.
34,60 à 57,95 m2 : la surface des appartements (T1 bis et T2).
78 ans : l’âge moyen.
86 ans : le plus âgé des locataires.
69 ans : le plus jeune.

Des kitchenettes tout équipées.

Les cheminées ont été conservées.

Salle d’eau avec douche à l’italienne.

Partager

Au sujet de l'auteur

Les commentaires sont fermés