Journées du Patrimoine : au cœur du fort de la Grande Haye

0

L’Histoire avec un grand H est, comme l’explique le Larousse, la « connaissance du passé de l’humanité et des sociétés humaines ; discipline qui

Petit saut dans le passé…

étudie ce passé et cherche à le reconstituer ». « La Mémoire que la postérité conserve des faits et des personnages du passé ; la Suite des événements, des faits réels, des états marquant l’évolution d’un groupe humain, d’un personnage, d’un aspect de l’activité humaine ».

Des expos photos très enrichissantes.

Et qui dit Histoire dit patrimoine. Les deux sont étroitement liés. Chaque année, partout en France, se déroulent les journées du patrimoine ; journées qui mettent en valeur « l’ensemble des biens, matériels ou immatériels, ayant une importance artistique et/ou historique ».
C’’est le week-end des 23 et 24 septembre que Golbey a célébré le patrimoine. Trois associations se sont unies, le temps d’un week-end, pour participer à la fête : Fortiff’Séré, la Mémoire collective et la société des fêtes. Avec un lieu parfaitement adapté à ce genre d’événement : le fort de la Grande Haye.
Magnifiquement réhabilité, après des dizaines d’années à l’abandon, par l’association chère à Julie et Cédric Vaubourg, avec le concours des employés municipaux, l’édifice militaire attire de plus en plus de monde. Certes, il y a encore de l’ouvrage mais les travaux effectués jusqu’alors sont remarquables. Le fort revit, entame une seconde jeunesse. Et dans les différentes pièces, des expositions photos, des projections de diapositives…

Gilles Provin nous a fait partager ses émotions.

Grâce à elles, chacun put revivre le passé de Golbey avec, entre autres, ses usines, son parc à ballons de la Louvroie, la vie quotidienne de ses habitants mais également découvrir la place forte d’Epinal. Un retour en arrière très instructif.

La belle vie d’Aristide

Pour ces journées du patrimoine 2017, les trois associations golbéennes ont mis les petits plats dans les grands avec, en

La causerie sur Aristide a passionné l’auditoire.

plus de ces témoignages photographiques, une causerie de l’écrivain Gilles Provin (*), une exposition, par l’illustrateur reconstituteur Jacques Hoffner, de différents matériels et uniformes de la Grande Guerre ; sans oublier, stationnés au pied du fort, encadrés par des hommes en uniforme US de la Second Guerre mondiale, une Jeep Wilis et un Dodge.
La causerie, elle, fut chargée d’émotions. « Aristide, un héros lorrain dans la tourmente de la Grande Guerre » est l’histoire du grand-père de Gilles Provin. L’écrivain golbéen était donc le mieux à même de nos relater de parcours de son aïeul, natif de Girecourt-sur-Durbion ; le mieux à même de nous transmettre son émotion.
Une petite conférence bourrée d’anecdotes de la vie militaire d’Aristide, qui aura nécessité trois ans de

Les visiteurs à la découverte du fort de la Grande Haye.

recherches.

Jacques Hoffner, en uniforme allemand de la Grande Guerre.

Outre les visites, toujours très instructives et menées de main de maître par Cédric Vaubourg, les personnes qui le désiraient pouvaient se restaurer dans une des salles et déguster le « rata du poilu » ou participer à la « dictée du patrimoine » ; le tout concocté par la société des fêtes. Tout ceci après l’inauguration effectuée par le maire Roger Alémani et les élus golbéens. Un premier magistrat ravi de ce nouvel espace restauré ; « pièce maîtresse de notre patrimoine ».

(*) Gilles Provin : auteur conférencier, créateur d’événements (labellisé par la Mission Centenaire 14-18)

Le « rata du poilu » a fait salle comble !

né à Golbey le 3 mai 1947. A également publié, entre autres,

Projection de diapositives : une riche idée.

aux éditions « Les Bollots » :  « L’inespoir ou la Grande Guerre des civils » (dans lequel il rend hommage à toutes ces femmes qui n’ont jamais baissé les bras lors du conflit), « La belle mémoire d’Aristide » (primé au festival de Verdun), « Le jardin secret de Claire » (sa grand-mère).

Photos Christian Aulen et Jean-François Labouglie.
Texte Gilles Varin.

Partager

Au sujet de l'auteur

Les commentaires sont fermés