Renée Viard : une mémoire nous a quittés…

0

« Laisser ses empreintes aux générations suivantes est peut-être un besoin physiologique. L’homme préhistorique, qui gravait dans les pierres de sa grotte et l’homme de l’ancienne Egypte qui s’exprimait pratiquement de la même manière nous ont sans doute laissé leurs

Renée Viard avait 90 ans...

Renée Viard avait 90 ans…

gênes pour tenter de les imiter. Si les méthodes sont différentes de nos jours, l’homme se retourne néanmoins et ne peut s’empêcher de dévoiler ce qu’il a vu au long de sa vie (…) »
Renée Viard entamait ainsi l’ouvrage qu’elle venait de boucler, « Golbey, notre ville ». Après cinq années de recherches. C’était en 2008. Avec quelques « pionniers », comme elle les appelait, elle offrait, aux Golbéens, un ouvrage préfacé par Jean Alémani, « très réussi et très complet, l’aboutissement de tout ce que tu as appris de Golbey ; en quelque sorte ton cadeau aux habitants de la ville ». A cette occasion, la municipalité décernera la médaille de la Ville de Golbey, « honneur très rarement attribué ».
Renée Viard, en réalisant ce livre, prouvait son attachement à Golbey, son amour pour « sa » ville. Car si elle est née le 3 novembre 1925 à Saint-Priest, en Isère, c’est à Golbey qu’elle a passé la majeure partie de sa vie ; ses parents tenant une épicerie rue de la Plaine, dans cette maison où elle vécut jusqu’à ce jour. Secrétaire de direction d’une caisse de prévoyance et retraite à Epinal, Renée, malgré de nombreux voyages en raison de son activité professionnelle, était très active à Golbey où elle faisait partie de plusieurs associations, notamment celle des Crématistes dont elle était la trésorière. Mais son cheval de bataille fut Golbey Animation à laquelle elle adhéra à sa création, en 1984 ; René Baradel, son fondateur, la nommant trésorière. C’est en 1995 que Renée Viard s’investit aux côtés de Danièle Joly, présidente de Golbey Animation, pour réveiller la Mémoire collective alors en sommeil et la développer. Et c’est avec les membres de cette dernière qu’elle décida de rédiger et éditer « Golbey, notre ville ».
Pour la remercier de tout ce qu’elle a apporté à l’association et à la cité, le conseil d’administration de Golbey Animation et son président Jean-Luc Seguin, « Pour vous remercier de tout ce que vous faites au sein de Golbey Animation et vous rendre hommage », le 28 octobre dernier, en présence du maire Roger Alémani, décidait de donner son nom à la petite pièce de la salle Haustête où se réunit régulièrement la Mémoire collective,  dirigée par Bernard Lejeune. Bernard Lejeune qui, ce soir-là, rendait lui aussi un hommage appuyé à Renée : « Tu as passé une trentaine d’années au service de Golbey Animation. Quand tu as créé le logo de la Mémoire collective, tu y as ajouté : « L’histoire d’une ville ne meurt jamais pour peu que les amoureux de son passé sachent le préserver et, surtout, transmettre aux jeunes générations ». C’est exactement ce que tu as pratiqué ».
« Je ne mérite pas tant d’honneurs »
, protesta, très émue, Renée Viard. Et pourtant ils étaient largement mérités ces honneurs. Pour une femme formidable, affable, discrète et toujours positive.
Qui vient de nous quitter subitement, dans la nuit de mardi à mercredi. Golbey perd sa mémoire. Mais pas la mémoire car Renée Viard restera bien présente dans le cœur de tous les Golbéens. Dans le cœur de « sa » ville qui lui doit beaucoup.
Selon sa volonté, Renée Viard sera incinérée, mercredi 30 mars à 15 h 30, au crématorium d’Epinal, avenue de Saint-Dié.
La municipalité présente ses plus sincères condoléances à sa famille.

Partager

Au sujet de l'auteur

Les commentaires sont fermés