Musique et humour : deux spectacles d’exception !

0

Artistiquement, Golbey est une ville qui bouge ! La municipalité, par l’entremise de Carole Colin, adjointe et de la commission culture et animation, vous convie, cette année à non pas un mais deux concerts d’exception.

Julie Zenatti et Chimène Badi à Golbey après « Le Bataclan »

Samedi 26 mai, ce sont deux artistes que l’on ne présente plus qui se produiront sur la scène du centre culturel : Chimène Badi et Julie Zenatti.

Julie Zenatti, d’origine italienne et juive, est née en 1981 à Paris. Elle participa au casting de la comédie musicale « Notre Dame de Paris » mais en raison de son jeune âge (15 ans), la production hésite à lui faire porter le rôle d’Esméralda. Elle sera donc Fleur-de-Lys. En 1999, Julie joue son personnage de Fleur-de-Lys durant quelques mois au Canada puis cède sa place à Natasha St-Pier pour reprendre, en France, celui d’Esméralda, en alternance avec Hélène Ségara pendant six mois. Julie a réalisé 9 albums dont le dernier « Méditerranéennes » sorti en 2016.

Chimène Badi est née le 30 octobre 1982 à Melun. Découverte en 2002 lors de sa participation à l’émission « Popstars », elle sort, l’année suivante, son premier album, dont le succès lui permet de devenir une vedette de la chanson français. Chimène a sorti 7 albums, avec des titres très connus comme « Entre nous » ou « Dis-moi que tu m’aimes », entre autres.

Exceptionnellement réunies en tournée (après s’être produites au « Bataclan » le 3 février), Julie Zenatti et Chimène Badi nous offrent, avec « Méditerranéennes », un voyage musical à travers les différentes sonorités du bassin méditerranéen en interprétant des titres forts, lumineux et festifs, notamment « Zina ici ou là-bas ».
Ce duo a reçu un accueil chaleureux dans la presse. VSD salue « un projet ambitieux et réussi », Le Parisien « Un joli projet qui mélange racines, culture et langues » et La Montagne juge l’association des deux artistes « solaire et lumineux ».

Claude Vanony et Didier Gustin : l’humour au rendez-vous !

Après le chant, l’humour. Le second spectacle proposé par la municipalité aura lieu le dimanche 4 novembre, toujours au centre culturel. A cette occasion, ce sont deux spécialistes vosgiens qui seront sur scène ; deux humoristes que l’on ne présente plus : Claude Vanony et Didier Gustin.
Claude Vanony, vosgien bon teint, est né à Gérardmer le 1er août 1935. Travaillant dès l’âge de 14 ans, il envisage un temps d’intégrer les Pompiers de Paris mais, après son service militaire de 27 mois, il décide de s’installer dans ses Vosges natales.
Enseignant le ski l’hiver, la voile, le canoë et l’escalade l’été dans sa chère ville de Gérardmer, Claude joue, parallèlement, dans la fameuse troupe des « Ménestrels ». Ses talents de conteur font le reste : il crée le personnage du « petit vieux avec sa lanterne et son chapeau qui s’ennuie et qui va chez ses voisins ». Le conteur des traditionnelles veillées est né et il écume les scènes de l’Hexagone depuis des décennies avec son allure caricaturale de paysan vosgien : « chapeau de feutre, chemise blanche, gilet en peau de vache, sabots de bois et un immense pantalon de gros velours soutenu par des bretelles ». Avec, toujours, le même succès, faisant salle comble à chacune de ses représentations. Comme à L’Olympia, la mythique scène parisienne, qu’il occupera à deux reprises, le 26 janvier 2003 et le 25 octobre 2015 (où il fêtera ses 80 ans !).

Le 4 novembre, Claude Vanony ne sera pas seul puisqu’un autre « régional de l’étape » partagera la scène golbéenne : Didier Gustin. Humoriste, imitateur et acteur, ce garçon de Bar-le-Duc (il y est né le 26 avril 1966) est arrivé très tôt dans les Vosges (à l’âge de 4 ans), à Coussey plus précisément.
Rêvant depuis toujours d’être imitateur, le plus vosgien des Barrisiens « monte » à Paris en 1987 et joue son premier spectacle, écrit par Hubert Drac et lui-même, cette année-là au théâtre du Tourtour.
Le Barrisien vient de « faire son trou ». Dès lors, il enchaînera les représentations mais également les rôles au cinéma (« Le bal des casse-pieds » d’Yves Robert), à la télévision (dans « Louis la Brocante », « A votre service ») et au théâtre (« Court-circuit », « Adam et Ève »).
Mais c’est surtout l’imitateur qui régale les foules. Didier Gustin a des dizaines de voix à son répertoire ; de François Mitterrand (dans « L’Opération Corned-Beef » de Jean-Marie Poiré) à Jacques Chirac (qu’il imite dans le film de Karl Zéro « Dans la peau de Jacques Chirac »), en passant par Joe Cocker, Enrico Macias, Yves Montant, Dany Brillant, Guy Bedos, Régis Laspalès, Popeck, Raymond Devos ou encore Thierry Ardisson, Marc-Olivier Fogiel et Bourvil. Sans oublier les doublages pour dessins animés (il est la voix de  « Kusco, l’empereur mégalo », celle de Bing Bong dans « Vice versa » ou de Nigel le koala dans « The Wild »).
Une liste non exhaustive tant la palette du talentueux garçon est vaste.

Julie Zenatti et Chimène Badi samedi 26 mai (20 h 30) ; Claude Vanony et Didier Gustin dimanche 4 novembre (15 h) : deux rendez-vous exceptionnels dont les places sont en vente à l’accueil de la mairie : 30 € pour chaque concert (places assises et numérotées).

Partager

Au sujet de l'auteur

Les commentaires sont fermés