Médaille de la Famille française : Florence Bastien honorée

0

« Maman fait disparaître les chagrins, les bobos. Oui, nous avons de réels pouvoirs magiques et pouvons faire disparaître toutes les peines, d’un seul baiser. Maman sait écouter, garder un secret, elle donne tout son cœur pour le bonheur de ses enfants. Elle sait cajoler, consoler, gronder, chatouiller, enseigner, pleurer, encourager, élever, aider, jouer. Une maman sait faire tous les métiers. Au quotidien, elle est infirmière, taxi, clown, professeur, psychologue, humoriste, cuisinière, couturière et bien d’autres, tout en y mettant tout son cœur et ce gratuitement. Quelle polyvalence mesdames. Soyez fière d’être mère ! Etre mère implique de suivre chacun des pas de ses enfants, jusqu’à ce qu’ils soient grands. Ces petits maîtres que vous avez mis au monde vous apprennent, sans en avoir conscience, à aimer inconditionnellement. Etre mère,

Camille Zeghmouli remet la médaille de la Famille à Florence Bastien.

c’est ne plus jamais être seule dans ses pensées, car une mère pense toujours pour deux : pour ses enfants, et pour elle. Les protéger face à tous les dangers, c’est ce qui fait d’une mère le plus bel exemple de courage et d’amour ».

Première cérémonie le 10 juin 1906

Quel plus bel hommage pouvait-on adresser à ces femmes qui ont donné la vie pour donner l’amour ?
Samedi dernier, salle Barbelouze, s’est tenue la traditionnelle cérémonie visant à mettre en valeur les mamans golbéennes méritantes. C’est Laurence Rayeur-Klein, adjointe aux affaires sociales, après ce préambule, qui présida cette sympathique réunion, en présence de ses collègues Jasmine Périni, adjointe aux fêtes et cérémonies et Camille Zeghmouli, adjoint aux affaires scolaires.
Dans un premier temps, Laurence Rayeur-Klein rappelait la genèse de cette célébration, qui, normalement, coïncide avec la fête des Mères mais que la municipalité avait souhaité avancer, pensant rassembler plus de familles…
« C’est le 10 juin 1906 que la première cérémonie en l’honneur de mères de familles nombreuses a eu lieu. Deux mamans de neuf enfants reçurent, ce jour-là, un prix de « Haut mérite maternel ». Cette distinction est sans doute, par la suite, devenue la Médaille de la famille instituée par un décret du 20 mai 1920. La loi du 24 mai 1950 dispose que « la République française rend officiellement

Parité totale pour la famille Bastien ; les jumeaux Louis et Charles ayant rejoint Amélie et Mathilde.

hommage chaque année aux mères françaises au cours d’une journée consacrée à la célébration de la fête des Mères », organisée par le  ministre chargé de la Santé, avec le concours de l’UNAF. »

« Un formidable lieu d’apprentissage »

Laurence Rayeur-Klein poursuivait en soulignant le rôle essentiel joué par la famille. «  Pour mériter la médaille de la famille, il ne suffit pas de mettre au monde des enfants, il faut encore savoir les élever et s’efforcer, en toute occasion, par le conseil et par l’exemple, de leur inculquer une saine éducation morale… Vous l’aurez compris, c’est avant tout de valeur humaine dont il est question. L’Etat français souhaite ainsi honorer les mères ou les pères ayant élevé dignement plusieurs enfants dans les meilleures conditions matérielles et morales et témoigner la reconnaissance de la Nation envers les couples qui ont élevé de nombreux enfants. En effet, pour avoir droit à cette médaille, il faut en avoir élevé 4, dont l’aîné a plus de 16 ans. La famille est un formidable lieu d’apprentissage : on y apprend le sens des responsabilités, du partage, le respect des autres, toutes les valeurs morales que les parents inculquent aux enfants. C’est au sein de cette cellule familiale que se forme le futur citoyen ».
S’adressant directement aux mamans récipiendaires du jour, l’adjointe aux affaires sociales les félicitait ensuite « d’avoir agrandi le cercle familial », les encourageant « à poursuivre et je le dis chaque année : la jeunesse est l’avenir du pays et de notre

Florence Bastien et les sept mamans de l’année 2017 réunies salle Barbelouze.

commune. Elle permet le maintien des classes dans les écoles de la ville, mais également les investissements dans les structures périscolaires, le développement des activités sociales, sportives et culturelles », et rappelait les excellentes conditions existantes sur la commune : « Nous disposons des structures d’accueil sur la ville avec la crèche « Premiers Pas » construite par la Communauté d’Agglomération d’Epinal et opérationnelle depuis janvier 2017, mais également la halte-garderie du centre social Louise -Michelet de son annexe à Maximont et le réseau d’assistantes maternelles ».
Avant de partager le verre de l’amitié, les élus remettaient, à Madame Florence Bastien, le diplôme et la médaille de la Famille, pour « avoir su élever dignement » ses quatre enfants : Amélie (17 ans), Mathilde (14 ans), rejointes par les jumeaux Louis et Charles (11 ans). Parité parfaite.

Quant aux sept mamans de l’année 2017, elles recevaient chacune une rose : Sabrina Hadri (pour la naissance de Sobhia, le 7 juillet, 3e enfant), Magali Renaut (pour la naissance de Téo, le 15 août, 2e enfant), Laëtitia Gadnel (pour la naissance de Marco, le 12 septembre, 4e enfant), Aurélie Morel (pour la naissance d’Angelo, le 5 octobre, 4e enfant), Delphine Viard (pour la naissance de Mélia, le 18 octobre), Nelly Greder (pour la naissance d’Emy, le 23 novembre, 3e enfant), Isabelle Desgranges (pour la naissance d’Amandine, le 26 novembre).

Partager

Au sujet de l'auteur

Les commentaires sont fermés