Libération de Golbey : le temps du souvenir

0

Personnalités civiles et militaires réunies pour cette cérémonie (photos GV).

Septembre 1944. La plus grande bataille de chars de la Seconde Guerre mondiale vient de prendre fin à Dompaire, la libération est en marche. Les communes vosgiennes

Lecture de la « Prière du para » par Pierre Mougeot.

brisent, une à une, leurs chaînes. L’Allemagne est sur le point d’être vaincue. Définitivement.
Golbey, elle aussi, va pavoiser. La 2e Division Blindée de Leclerc et les alliés sont passés par là ; la cité recouvre la liberté.
En souvenir des sacrifices, de toutes celles et tous ceux qui ont combattu la barbarie nazie, la France entière, chaque année, se souvient. Et honore tous ses héros.
À Golbey, dimanche dernier, municipalité (Roger Alémani, maire et une partie du conseil), personnalités civiles et militaires (Messieurs le lieutenant-colonel Kriouche, le capitaine Bouley, représentant la délégation militaire, le capitaine Bailly, représentant l’hôtel de police d’Épinal) ont perpétué la tradition, en compagnie de l’orchestre d’harmonie de Golbey dirigé par Arnaud George , des associations patriotiques et d’une délégation de l’Union nationale des parachutistes.
Après la lecture de la « Prière des Paras » par Pierre Mougeot et les traditionnels dépôts de gerbes (municipalité, associations patriotiques et Union

La Marseillaise, interprétée par les parachutistes et l’orchestre golbéen.

Traditionnel dépôt de gerbe. Ici, celle des « paras ».

des parachutistes), les « bérets rouges » entamaient la Marseillaise.
La cérémonie devant le monument aux morts s’achevait par la présentation des porte-drapeaux aux personnalités et après la dislocation, intervention de Roger Alémani, maire et vin d’honneur ponctuaient cette matinée de souvenir.

 

Partager

Au sujet de l'auteur

Les commentaires sont fermés