La victoire qui rendit la liberté…

0

Quand le maréchal Keitel (chef d’état-major de la Wehrmacht), le général Stumpff (pour la Luftwaffe) et l’amiral von Friedeburg

C’est le jeune Hugo qui a lu le message de l’UFAC.

(commandant en chef de la Kriegsmarine) signent, devant le général soviétique Joukov, le général américain Spaatz, le maréchal de l’air Tedder (délégué des forces expéditionnaires expéditionnaires alliées) et le général de Lattre de Tassigny (commandant la 1ère armée française), l’acte de reddition (le lendemain de celui paraphé à Reims), l’Europe sort d’un long cauchemar de six ans. Six ans d’abominations commises par des bourreaux fanatisés par un démon. La libération des camps de la mort, filmée par les forces alliées jetait, à la face du monde, les atrocités perpétrées contre des hommes, des femmes et des enfants dont le seul

Le maire Roger Alémani a rendu hommage aux libérateurs.

crime était d’être juifs (les trois quarts des Juifs d’Europe ont péri dans le génocide programmé par les autorités allemandes).
Tous ces déportés, toutes ces victimes innocentes, ont été honorés le 30 avril, lors de la journée qui leur est, chaque année, dédiée. Lundi dernier, ce sont les libérateurs, tous ceux qui se sont unis contre l’Axe (Allemagne nazie, Italie fasciste, Empire du Japon) pour défendre nos libertés, qui, à leur tour, prenaient dans le devoir de mémoire qui doit, toujours, nous habiter. Jamais, non, jamais, le sacrifice de tous ces soldats, souvent loin de leur patrie, venus débarrasser notre sol des envahisseurs nazis.
Cette Seconde Guerre mondiale, qui dura du 1er septembre 1939 au 2 septembre 1945 (capitulation inconditionnelle du Japon) fut le plus meurtrier des conflits avec plus de 55 millions de morts (39 millions d’Européens).
A Golbey, Roger Alémani, maire, a, en présence des autorités civiles et militaires,

Les associations patriotiques ont déposé leur traditionnelle gerbe au pied du monument aux morts.

des associations patriotiques et de la population, rendu, lui aussi, comme chaque année, rendu hommage aux vainqueurs de 1945 en relayant le message du Secrétaire d’Etat aux Anciens Combattants, avant qu’Hugo Planche, jeune Golbéen de 13 ans, accompagné de Jean-Marie Gallien, président de la Légion vosgienne, ne lise le texte de l’UFAC (Union Française des Associations des Combattants et Victimes de Guerre).
A l’issue de cette matinée, les traditionnelles gerbes, de la municipalité et des associations patriotiques, furent déposées au pied du monument aux morts. Les enfants des écoles primaires de Beaulieu de Jean-de-la-Fontaine, eux, offrirent chacun une rose.
La pluie s’était invitée à cette cérémonie mais la perpétuation du souvenir est et doit rester un rayon de soleil dans ces périodes troubles que traverse le monde. Et qui prouvent que certains ne tirent aucun enseignement du passé…

Partager

Au sujet de l'auteur

Les commentaires sont fermés