Foire aux beignets râpés : le public au rendez-vous !

0

Le traditionnel couper de ruban pour lancer cette foire 2018.

Température estivale et grand soleil la veille et voici que les Golbéens se réveillaient quasiment en automne. Pluie, grisaille : la

… suivi des confréries (photos GV).

L’orchestre d’harmonie a ouvert le grand déballage du Jeudi de l’Ascension…

météo avait-elle décidé de bouder ce Jeudi de l’Ascension ? De plomber la traditionnelle fête des beignets râpés ?

La matinée ne s’annonçait guère encourageante…
Les parapluies étaient de sortie et, après l’inauguration officielle par Pascal Larrière, 1er adjoint représentant le maire Roger Alémani excusé, les élus, Julien Léonard, un des deux présidents

Les « Zéclés » n’ont pas chômé !

(avec Sandrine Buqa) de l’Union des Professionnels de Golbey organisatrice de la journée, Daniel Claudel, le « papa » de ce grand déballage annuel, Henri Demangeon, grand maître des Râpés  et madame et Gérard Stoecklin, le nouveau président de la confrérie des Beignets râpés, c’est au son de l’orchestre d’harmonie que fut lancée cette 47e foire. Et derrière les musiciens, ce sont les confréries qui arpentèrent la rue d’Epinal livrée aux exposants.
« Nous avons 94 stands, expliquait Julien Léonard, autrement dit, nous avons fait le plein. Compte tenu de la météo il y a eu une ou deux défections, c’est tout ».
Et parmi les stands, celui, incontournable, des « Zéclés ». Incontournable car ce sont eux qui produisent ces fameuses galettes qui font la réputation de Golbey. « Nous avons épluché 500 kilos de pommes de terre, expliquait le responsable de l’association Alain Durpoix, pour réaliser environ 5 000 beignets ». Inutile de dire que l’on n’a pas chômé sous le chapiteau des scouts !

Indémodable pêche au canard.

Naturellement, tous les commerçants venus spécialement pour la manifestation scrutaient le ciel, implorant sa

Des stands de nourriture bien appétissants !

clémence et leurs prières furent entendues car l’après-midi, quelques nuages, certes, mais plus de pluie et… une foule considérable au rendez-vous ! Difficile de circuler sur cette rue principale livrée aux marchands et chalands mais personne ne s’en plaindra. Tout le monde aura forcément trouvé son bonheur, tant en vêtements, nourriture, babioles en tout genre. Et les enfants n’ont pas été oubliés puisque plusieurs jeux et manèges étaient là à leur intention.

Le grand maître Demangeon passe la main

En marge de ce déballage, la confrérie des Beignets râpés, fidèle à son habitude, avait convié ses homologues, françaises et belges, à son 38e chapitre et c’est au centre culturel que les 54 confréries ayant

Les intronisés en compagnie de Pascal Larrière et Jasmine Périni, adjointe aux fêtes, cérémonies, au commerce et à l’artisanat.

Nicolas Bertrand fut, lui, aussi, intronisé.

répondu à l’invitation du grand maître Henri Demangeon, se sont retrouvées. Pour partager un succulent repas dansant (au son de l’orchestre de Jean-Claude Daniel) mais, avant cela, pour assister aux traditionnelles intronisations.

Henri Demangeon passe la main à Gérard Stoecklin à la tête des Râpés.

C’est le grand maître Henri Demangeon qui, comme chaque année, se chargea de donner le « pedigree » de chacun des récipiendaires mais la cérémonie avait, pour lui, une saveur particulière. En effet, après des décennies passées à la tête de la confrérie des Râpés, Henri a décidé de passer la main. Et c’est Gérard Stoecklin qui lui succède mais, qu’on se rassure, Henri reste naturellement membre de l’association.
Cette année, ce sont Didier Vincent, conseiller municipal de Golbey, Lionel Miche, commercial en assurances, Marie-Thérèse Lombois et Patrick Hanclot, stagiaires à la confrérie des Râpés, puis Nicolas Bertrand, de la  boucherie de l’Hôtel de ville qui eurent droit à leur râpe et purent déguster un beignet accompagné d’un petit verre de blanc, avant de prononcer la fameuse formule : « Bien râpés toujours ! Dans la purée, jamais ! Salut, patate ! ».

Les confréries présentes à Golbey

Françaises

Du Sucre d’Orge des Religieuses (Moret-sur-Loing) ; de Saint-Vincent (Sens) ; des Compagnons de la Capucine (Toul) ; de la Quiche lorraine (Dombasle) ; Jules-Bastien Lepage (Damvillers) ; de la Myrtille de Salm (Viesalm) ; de Saint Romain en Bordelais (Pays libournais) ; de l’Ordre de la Ficelle Picarde (Foissy) ; de la Framboise saulxuronne (Saulxures-sur-Moselotte ) ; des Gousteurs d’eau (Contrexéville) ; de la Pôtée Portoise (Saint-Nicolas-de-Port) ; de la

54 confréries avaient fait le déplacement, dont 21 venues de Belgique.

Le public a répondu présent à cette traditionnelle foire.

Quiche et Mirabelle (Metz) ; des Cochonneux de La Seille (Pommerieux) ; du Bonhomme (Saint-Dié-des-Vosges) ; de la Cerise (Forbach) ; de la Madeleine (Commercy) ; des Gousteurs de Kirsch (Fougerolles) ; des Gousteurs de Tête de Veau (Rambervillers) ; de la Tautche et nectars (Gérardmer) ; de la Tête de Veau et du Blanc (Ancy) ; des Compagnons de la Saucisse le Boitchu (Montbéliard) ; des Compagnons du Haricot (Soissons) ; de la Caillette (Chabeuil) ; du Consulat de la Mirabelle de Lorraine (Bayon) ; des Tastes Cuisses de grenouilles (Vittel) ; des Gourmands Chevaliers de l’Image (Epinal) ; des Rognons Blancs (Raon-aux-Bois) ; de l’Andouille et Gandoyeux (Le Val-d’Ajol) ; Sénatus, Singularus, Porcus, Porcelettarum (Porcelette) ; des Façonneurs du Noble Osier (Le Fayl-Billot) ; des Vins des Coteaux (Coiffy) ; de la Truffe de Lorraine (Vaucouleurs) ; du Boudin Blanc (Soulaucourt).

Belges

Saint-Arnould du comté (Chiny) ; de la Moinette et du Chausson (Ellezelles) ; du Glorieux Saint-Hubert (Harre-Manhay) ; de la Houlette (Florennes) ; de la Cervoise (Marcinelle) ; des Magneux d’Parbolets (Bois Borsu) ; de la Gatte d’Or de Hubine (Hamois) ; des Maîtres Distillateurs de Wallonie (Erpent) ; de la Bière blanche (Namur) ; du Lothier (Genappe) ; des  Bernardins (Fleurus) ; des Blancs Gilets (Grez-Doiceaux) ; du Franc Thour (Ciney) ; des Champignons (Folx-les-Caves) ; de la Coutellerie (Gembloux) ; du Petit Bourgogne (Sclessin) ; des Gentes Dames de la Tarte aux Macarons (Ciney) ; du Purnalet (La-Roche-en-Ardenne) ; du Pain Gris et Huitre (Milmort) ; du Grand Apier (Tillf) ; de l’Ordre de Santa Cruz de Bolivie (Loupoigne).

 

 

Partager

Au sujet de l'auteur

Les commentaires sont fermés